bandeau
bienvenue à la SVPA

Viande de veau suisse 


Quelle image avons-nous lorsque l’on nous parle de veaux ? Serait-ce une belle vache-mère en train de paître tranquillement dans un pâturage avec son petit veau la tétant ? Quel tableau idyllique,n’est-ce pas ? Hélas, la réalité est encore trop souvent à des années lumières de cette vision bucolique. Par contre, quelques avancées ont pu voir le jour grâce à la nouvelle Ordonnance sur la protection des animaux (Opan).

 

Depuis le 1er septembre 2013, il est inscrit dans l’Opan: « Les veaux âgés de plus de deux semaines doivent recevoir une quantité d’aliments permettant de couvrir leurs besoins en fer. Ils doivent également pouvoir consommer à volonté du foin, du maïs ou un autre fourrage approprié afin de couvrir leurs besoins en fibres. La paille comme seul fourrage grossier n’est pas réputée être un aliment adéquat. ». Les ruminants sont ainsi nourris correctement et deviennent plus robustes.

 

Cette loi a pour but d’améliorer la santé et la détention des veaux en leur offrant une alimentation adaptée à leur espèce et non carencée en fer. Ce nouveau régime alimentaire, de par l’apport suffisant en fer, a comme effet « secondaire » la coloration de la viande de veau de rosée à rougeâtre. Cette teinte plus foncée est gage de santé pour l’animal et de bonne qualité lors de la consommation de sa viande. Avant cela, les veaux étaient principalement nourris au lait et aux produits laitiers, ce qui donnait cette couleur blanchâtre à leur viande. Ces directives concernent uniquement la viande de veau suisse et non celle provenant de pays étrangers.

 

Malheureusement de nos jours encore, trop nombreuses sont les personnes restant persuadées que la viande de veau est une viande blanche ; ce sont des croyances qui ont la dent dure.Comment peut-on croire qu’une viande provenant d’un animal anémié, donc malade,aura un effet positif sur notre santé ? Il est temps d’ôter nos œillères, de changer nos mentalités et de prendre conscience que la viande émanant d’un animal ayant eu une vie digne et se rapprochant au maximum de son état dit« naturel » aura un meilleur impact sur notre santé générale et se ressentira également au niveau de nos papilles gustatives.

 

Nous, consommateurs, avons le pouvoir de faire évoluer les situations, donc soyons intransigeants. Nous nous devons d’exiger de la part de nos commerçants et de nos bouchers qu’ils nous proposent exclusivement de la viande de veau rosée à rougeâtre sur leurs étals.

 

Car qu’on se le dise, un veau heureux et bien dans ses sabots fera goûter aux amateurs de viande la vie en rose !


---------------------------------------------------------------------------

Les chenilles processionnaires du pin 

(thaumetopoea pityocampa) 

 

Lorsque les températures hivernales ont été clémentes, cela perturbe passablement la faune et la flore. Malheureusement, un temps doucereux amène quelques désagréments plus vite que la normale, tels que les chenilles processionnaires.

 

Les chenilles processionnaires sont, à première vue, d’adorables insectes tout poilus que l’on observe avancer à la queue leu leu (en procession). Mais derrière ce joli duvet se cache une petite bête extrêmement dangereuse pour nos compagnons à quatre pattes. Ces poils qui paraissent tous doux, sont en fait urticants et libèrent la toxine « thaumatopéine ».

 

L’animal peut être affecté par cette toxine, soit en léchant directement la chenille, ce qui brisera les poils urticants libérant la thaumatopéine, soit au contact d’un nid tombé au sol, soit par simple inhalation de poils volant dans les airs. Voici les différentes lésions que l’on peut observer en cas d’atteinte :

Dans tous les cas de figure et pour la sécurité de votre très cher compagnon, si vous suspectez une envenimation par ces chenilles, une consultation vétérinaire est de toute urgence. Pour ne pas aggraver la situation, ne frottez surtout pas les poils sur la langue de votre animal pour essayer de les enlever ; vous risqueriez de casser les poils urticants et de ce fait, de libérer les toxines qui se propageraient davantage. Tout au plus, rincez la gueule de votre chien ou chat avec de l’eau claire.

 

Ces chenilles sont un véritable fléau pour nous-mêmes et plus encore pour les animaux. Pour votre information, que vous soyez propriétaire, locataire ou usufruitier d’un terrain sur lequel se trouve un ou plusieurs nids de chenilles processionnaires, vous êtes dans l’obligation légale de les faire enlever et brûler ; leurs nids se situent essentiellement sur les pins.


 
 

---------------------------------------------------------------------------

Qui sommes nous ?

Fondée en 1861, le 20 mars, à L'Hôtel de Ville de Lausanne, la Société vaudoise pour la protection des animaux (SVPA) s'occupe de la protection effective et juridique dans le canton de Vaud: elle s'efforce de prévenir et d'empêcher les mauvais traitements envers les animaux et, s'il y a lieu, d'en provoquer la répression; elle renseigne le public sur le façon de nourrir et de soigner les animaux; elle tend à ce que les animaux aient une existence convenable, qui se termine sans souffrance.


La SVPA poursuit son but par l'influence et l'exemple de ses membres, par des démarches auprès des autorités, par des publications, des conférences et des expositions, par des encouragements aux personnes qui sont méritantes de la cause de la protection des animaux, par l'entretien d'un bureau et d'un inspectorat, l'entretien d'un refuge pour les animaux abandonnés ou destinés à être placés chez des nouveaux maîtres, l'entretien de volières pour les oiseaux réclamant des soins, par des actions de secours en faveur d'animaux domestiques ou sauvages, par la publication d'un périodique, le "Courrier des Bêtes", par tout autre moyen destiné à venir en aide aux animaux .


---------------------------------------------------------------------------

Finances

La SVPA ne touche aucun subside de l’État ; elle vit grâce à la générosité de ses membres, grâce à des donations et des legs. Une Fondation pour la protection des animaux met en réserve les dons importants, les donations et les legs; seuls les intérêts de ce capital sont utilisés pour rendre possibles les activités de la SVPA en faveur des animaux. Les membres du Comité de la SVPA œuvrent bénévolement. La SVPA est représentée au sein de plusieurs commissions municipales, cantonales, fédérales s'occupant des animaux et de leur protection.


Elle veille à l'application de la Loi fédérale sur la protection des animaux (LPA).


Elle soutient toute initiative, toute pétition, toute intervention officielle destinée à promouvoir le bien-être des animaux.

 



 

admin portraits, maquettes, réalisation www.atelierk.org et www.reseaudecompetences.net
Refuge
Inspectorat
Bureau des animaux perdus
PAM
Éducation canine
Animations / visites de groupes
Courrier des bêtes
Max et Tricoline
Crémation
Jardin souvenir
Administration
Blibliothèque, vidéothéque
Horaires, adresses
Modification d'adresse
Avant d'adopter un chien
Législation
Adresses chenils
Adresses chatteries
Pensions chevaux
Classes jeunes chiots
Service à domicile
Infos pratiques
Annoncer perdu
Chiens
Chats
Animaux de la faune
Animaux de rente
Animaux exotiques
Chevaux
Expérimentation animale
Foie Gras
Fourrure
Cirques et ménageries
Législation
Sondage
Divers
Devenir membre
Successions, legs
Faire un don
Animaux du refuge
En souvenir de…
Envoyer des photos
Formulaire mail
Plan d'accès
Recherche scientifique sur le PAM
PAM Vaud SVPA
Avant d'adopter un chien
Été et parasites
La toux de chenil
Détention à la chaîne
Agressivité ou dangerosité ?
Marquage électronique
La mode des molosses
Chiens morts de coup de chaleur
Prise de position sur les chiens de combats
Éviter un chien agressif
Enfant et chiots
L'école des chiots
Contre l'abandon des animaux de compagnie
Renseigner vos amis !
Organiser ses balades à plusieurs
Divers
Dangers pour les chats
Noyer des petits chats
Marquage électronique
Avant d'adopter votre minet
Accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine
Bénédictions des animaux
Vieux chiens, vieux chats
Vaccins sans aiguilles ?
Vos vacances et vos animaux
Assurances: Bon à savoir
Surcharge = euthanasie ?
L'arnaque sur Internet
Nouveaux enclos pour nos lapins
Retour sur terre pour Mistigri
Un nouveau membre au comité
Agriculture indigène
La Vaux-Lierre
Prévoir ses vacances pour moins d'abandons
Les Mini-Soigneurs
La considération envers les animaux
Couvertures pour chats
Poissons correctement abattus
Méta et hérissons
Marmottes-paradis
Aider le hérisson pour l'hiver
Un oisillon par-terre
Un spectacle effrayant !!!
Ne pas nourrir les pigeons en villes
Éloinger le pigeon des villes
Quand les faons font les frais de la curiosité scientifique!
Les ours du Dählhözli
Parc aux ours de Berne - autrefois la fosse aux ours
Les ours ne sont pas des clowns
Fin des animaux dans les cirques en Grèce
Knie
Rapport PSA
Livre internet
Consommation de viande et santé
Qu'est-ce qu'un élevage BIO ?
Porcs en plein air
Éduquer le consommateur ?
Respecter la viande
Marquage des animaux
Croissance du BIO
Le grand massacre
Où trouver de la viande à label ?
Première Veggie Pride internationale
Viande de veau rosée
Vous en reprendrez un peu ?
Non, cela ne me fait pas plaisir !
Non au foie gras !
Campagne 2015
Trafic d'animaux exotiques
Pourquoi acheter des serpents ?
NST équine
Mieux connaître les mulets
Plaidoyer pour les chevaux
Fondation pour le cheval
Nous payons des expériences stupides et cruelles
Xénotransplantation
Sensible diminution des expériences
Campagne antifourrure 2006
Plutôt en fourrure que nus
Massacre en Chine
Fourrure - chimie
Voyager avec son chien ou son chat
Registre des animaux trouvés
Interdiction de détenir des animaux
Etiquettage des fourrures
Importations