bandeau
PROTECTION DES ANIMAUX / ANIMAUX DE RENTE

J'ai le respect de la viande


Lorsque j'étais enfant, j'avais à l'école un livre de lecture. Il contenait un texte intitulé : " Le respect du pain ". C'était une anecdote : un jeune garçon jette un morceau de pain ; son père le voit et va ramasser le pain ; il lui explique qu'il ne faut pas mépriser le pain, mais le respecter. Il lui décrit comment arrive le pain sur la table : le grain d'abord, qui est choisi selon sa qualité, le labour, les semailles, le blé qui lève et qu'il faut défendre contre les maladies, les parasites, la sécheresse ; les examens pour savoir s'il est suffisamment mûr ; les moissons durant les grosses chaleurs estivales, le battoir, les travaux de meunerie pour en faire de la farine ; et puis le travail du boulanger, la nuit, pour donner au consommateur du pain frais. Toute une suite de travaux qui exigent des connaissances et beaucoup de travail. Il faut apprécier le pain.


Durant les années de guerre, tandis que nos voisins s'entretuaient, le pain et les autres aliments étaient rationnés, d'où leur préciosité et leur prix. Les cartes de rationnement accordaient 46 grammes de viande par jour et par personne (nous en sommes aujourd'hui à 160 grammes de viande sans rationnement). La viande était donc rare et chère ; ma famille n'étant pas riche, nous échangions les coupons de viande contre des coupons de pain. Dans les boulangeries, le pain n'était pas toujours frais; des écriteaux annonçaient : " Du vieux pain n'est jamais dur ; pas de pain, ça c'est dur ".

Les temps ont changé : on ne gagne plus son pain ou sa croûte, on gagne son bifteck. Le pain n'est pas entouré de tout le respect qu'on lui doit. On en est bien persuadé en voyant la quantité de pain sec (des pains entiers parfois) que la protection des animaux recueille pour être distribuée aux oiseaux d'eau en hiver. Je souhaite que la viande ne prenne pas le même chemin de déchéance et de gaspillage que le pain. Je souhaite également que l'on ne considère pas seulement la viande comme un aliment commercialisé ; c'est plus que cela. La viande est un aliment vivant, vu les transformations qu'elle subit; elle peut tomber malade, dégénérer, devenir inconsommable. C'est cet aliment vivant qui fait vivre.

Nous sommes bien placés pour savoir quels travaux professionnels exige la viande jusqu'à ce qu'elle parvienne dans l'assiette du consommateur. Il s'agit d'abord d'un animal qui vient sur la terre, qui naît, que l'éleveur soigne, engraisse, pour lequel le vétérinaire donne des conseils, des médicaments, afin de le maintenir en bonne santé. Il y a aussi le fournisseur d'aliments spéciaux, puis le marchand de bétail, le transporteur, les abattoirs avec son monde complexe : bouchers abatteurs, inspecteurs des viandes, entrepôts frigorifiques et de congélation, traitement des sous-produits d'abattage, des déchets carnés ; les travaux pour le désossage, la préparation des morceaux ; la fabrication des préparations de viande, puis la vente de la viande en boucherie, les restaurateurs, les ménagères… et les consommateurs. Comptons combien de professions vivent de la viande, donc des animaux. C'est la base de l'alimentation de notre civilisation occidentale. On tue pour cela des animaux par millions en Suisse seulement. Il faut être conscient qu'un animal n'est pas seulement de la viande sur pied. Par la routine, dans les abattoirs, on oublie parfois que l'animal qui entre à l'abattoir et que l'on met à mort est unique ; il n'est pas le même que celui qui sera abattu le lendemain et les jours suivants. Cet animal naît, vit, meurt une seule fois.

La viande a une valeur morale. Lors de l'abattage, on prend à l'animal la seule chose qu'il possède. Les humains possèdent beaucoup de choses : des habits, une voiture, un appartement, une maison, tout ce qui fait dire à l'homme : " Ceci est à moi. " On prend à l'animal la seule chose qu'il possède : la vie ; il faut la traiter avec respect. Je me trouvais dans un restaurant. A quelques tables de moi, il y a avait un gros monsieur devant son assiette encore à moitié pleine ; il avait peu mangé ; il en avait assez. Je ne sais pas pourquoi on commande un menu complet alors qu'on n'a pas faim. Il n'avait sans doute pas eu de parents qui lui avaient dit : " Finis ce qu'il y a dans ton assiette et ramasse la sauce ". Il y avait encore dans son assiette une belle tranche de viande. Il était du nombre de ceux qui ne peuvent digérer sans fumer : il a allumé une cigarette et il secouait la cendre sur ce morceau de viande. Cela m'a paru un maximum de mépris de la viande. Il avait payé, certes ; il pouvait faire de cette viande ce qu'il voulait, bien entendu, mais… j'aurais du lui expliquer la valeur de la viande. Dans certaines circonstances, je manque de courage. Mais peut-être n'aurait-il pas compris. J'espère que vous, vous auriez compris.

admin portraits, maquettes, réalisation www.atelierk.org et www.reseaudecompetences.net
Refuge
Inspectorat
Bureau des animaux perdus
PAM
Éducation canine
Passeport vacances
Courrier des bêtes
Max et Tricoline
Crémation
Jardin souvenir
Administration
Blibliothèque, vidéothéque
Horaires, adresses
Modification d'adresse
Législation
Adresses chenils
Adresses chatteries
Pensions chevaux
Classes jeunes chiots
Service à domicile
Infos pratiques
Annoncer perdu
Chiens
Chats
Animaux de la faune
Animaux de rente
Animaux exotiques
Chevaux
Expérimentation animale
Foie Gras
Fourrure
Cirques et ménageries
Législation
Sondage
Divers
Devenir membre
Successions, legs
Faire un don
Animaux du refuge
En souvenir de…
Envoyer des photos
Formulaire mail
Plan d'accès
Recherche scientifique sur le PAM
PAM Vaud SVPA
Avant d'adopter un chien
Été et parasites
La toux de chenil
Détention à la chaîne
Agressivité ou dangerosité ?
Marquage électronique
La mode des molosses
Chiens morts de coup de chaleur
Prise de position sur les chiens de combats
Éviter un chien agressif
Enfant et chiots
L'école des chiots
Contre l'abandon des animaux de compagnie
Renseigner vos amis !
Organiser ses balades à plusieurs
Divers
Dangers pour les chats
Noyer des petits chats
Marquage électronique
Avant d'adopter votre minet
Accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine
Bénédictions des animaux
Vieux chiens, vieux chats
Vaccins sans aiguilles ?
Vos vacances et vos animaux
Assurances: Bon à savoir
Surcharge = euthanasie ?
L'arnaque sur Internet
Nouveaux enclos pour nos lapins
Retour sur terre pour Mistigri
Un nouveau membre au comité
Agriculture indigène
La Vaux-Lierre
Prévoir ses vacances pour moins d'abandons
Les Mini-Soigneurs
Attention aux chenilles processionnaires!
Couvertures pour chats
Poissons correctement abattus
Méta et hérissons
Marmottes-paradis
Aider le hérisson pour l'hiver
Un oisillon par-terre
Un spectacle effrayant !!!
Ne pas nourrir les pigeons en villes
Éloinger le pigeon des villes
Quand les faons font les frais de la curiosité scientifique!
Les ours du Dählhözli
Parc aux ours de Berne - autrefois la fosse aux ours
Les ours ne sont pas des clowns
Fin des animaux dans les cirques en Grèce
Knie
Livre internet
Consommation de viande et santé
Qu'est-ce qu'un élevage BIO ?
Porcs en plein air
Éduquer le consommateur ?
Respecter la viande
Marquage des animaux
Croissance du BIO
Le grand massacre
Où trouver de la viande à label ?
Première Veggie Pride internationale
Viande de veau rosée
Vous en reprendrez un peu ?
Non, cela ne me fait pas plaisir !
Non au foie gras !
Campagne 2015
Trafic d'animaux exotiques
Pourquoi acheter des serpents ?
NST équine
Mieux connaître les mulets
Plaidoyer pour les chevaux
Fondation pour le cheval
Nous payons des expériences stupides et cruelles
Xénotransplantation
Sensible diminution des expériences
Campagne antifourrure 2006
Plutôt en fourrure que nus
Massacre en Chine
Fourrure - chimie
Voyager avec son chien ou son chat
Registre des animaux trouvés
Interdiction de détenir des animaux
Etiquettage des fourrures
Importations